Allez au contenu, Allez à la navigation



L'avenir de la filière agricole à l'horizon 2050

 

I. LE COMPLEXE AGRO-ALIMENTAIRE EN FRANCE : LE SYSTÈME ALIMENTAIRE

La ferme des années 50 évoquée en introduction n'existe plus en l'an 2000. Les hommes se sont progressivement organisés d'une autre façon pour produire et consommer leur nourriture. Jean-Louis Rastoin entretient et fait évoluer le tableau initialement dressé pour en rendre compte.

1. 4 millions d'emplois dans le complexe agroalimentaire de la France en 2000

En classant les emplois selon qu'ils sont « de production » ou « de services », il met en relief le phénomène de « tertiarisation » qui s'est produit dans la deuxième moitié du XXème siècle : plus de la moitié sont dans les services.

48 % sont classés dans la production, soit 1.900.000 emplois répartis en :

- agrofourniture : 300.000

- agriculture : 1.000.000

- industrie agroalimentaire : 600.000

52% sont classés dans les services, soit 2.100.000 emplois répartis en :

- distribution : 1.200.000

- restauration hors foyer : 600.000

- autres services : 300.000

En travaillant les chiffres de la Comptabilité nationale, Jean-Louis Rastoin obtient les résultats suivants pour 2001 :

- l'agrofourniture et l'équipement comptent 12.000 entreprises générant 38 milliards d'euros de chiffre d'affaires (CA) ;

- l'agriculture rassemble 700.000 entreprises pour 67 milliards d'euros de CA ;

- les industries de transformation totalisent 60.000 entreprises pour un CA de 129 milliards d'euros.

Les autres services seraient constitués de 20.000 entreprises.

La dépense alimentaire finale s'élève à 201 milliards d'euros, qui est écoulée par 240.000 entreprises. Les trois-quarts du CA, soit 152 milliards d'euros, sont le fait de la distribution, et le quart restant, soit 49 milliards d'euros, le fait de la restauration hors foyer.

Des statistiques un peu plus anciennes (1995) permettent de détailler la nature des entreprises de cet ensemble.

Dans l'agrofourniture au sens strict, la plupart des micro entreprises a disparu et le secteur est dominé par un fort oligopole d'une douzaine d'entreprises.

On reviendra sur les difficultés de dénombrement des entreprises agricoles. Mais la très grande majorité (700.000) sont unipersonnelles, tandis qu'environ 150.000 entreprises réalisent les deux tiers de la production agricole.

Il existe un important secteur artisanal dans l'agroalimentaire, alors que l'on compte environ 4.000 entreprises de plus de 10 salariés. 40 % du CA est réalisé par des entreprises de plus de 500 salariés, qui rassemblent 30 % des effectifs du secteur ; 55 % du CA par des PME de 10 à 500 employés, ce qui correspond à 50 % des effectifs du secteur ; 5 % du CA est le fait de très petites entreprises (TPE) de moins de 10 salariés qui totalisent 20 % des effectifs du secteur.

La distribution reste caractérisée par de nombreux petits commerces (100.000) et par un très fort oligopole d'une dizaine de groupes.

C'est la prépondérance de l'artisanat qui marque la restauration, où l'on compte toutefois une dizaine de grands groupes.

Comment vont évoluer ces chiffres au cours des prochaines années ?