Allez au contenu, Allez à la navigation



Approvisionnement électrique : l'Europe sous tension (rapport)

 

III. FAVORISER L'ÉVOLUTION DES COMPORTEMENTS DES CONSOMMATEURS

A. TENIR LA POPULATION « AU COURANT »

La politique de maîtrise de la demande d'énergie passe nécessairement par des mesures d'information. Tout d'abord, devant le défi de l'effet de serre et le coût de l'augmentation des capacités de production électriques, les pouvoirs publics ont un devoir d'alerter les populations des enjeux. L'État doit ensuite jouer un rôle de source d'informations fiables des citoyens afin de clarifier les problématiques, et enfin apporter des solutions que chacun pourra mettre en oeuvre336(*) à son niveau.

1. Un citoyen averti en vaut deux

a) Le rôle de l'État

La prise de conscience citoyenne de la réalité du problème de la consommation d'énergie est notamment liée à la médiatisation récente des conséquences de la hausse des émissions de gaz à effet de serre.

Mais la déclinaison au niveau national de l'impératif de maîtrise de l'énergie dans tous les domaines, et notamment dans celui de l'électricité, a été menée par l'État, avec le soutien de l'ADEME, dont il convient à ce stade de souligner le rôle. Établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle des ministères en charge de l'écologie et du développement durable, de l'industrie et de la recherche, l'ADEME a pour mission de « susciter, animer, coordonner, faciliter ou réaliser des opérations ayant pour objet la protection de l'environnement et la maîtrise de l'énergie »337(*). Employant 820 salariés (dont 359 ingénieurs), l'agence dispose d'un budget de 343 millions d'euros (260 millions pour le budget d'intervention et 83 millions pour celui de fonctionnement).

La campagne d'information ciblée sur les économies d'énergie, baptisée « Faisons-vite, ça chauffe », a ainsi joué un rôle pédagogique essentiel pour alerter les citoyens de l'importance de maîtriser la consommation d'électricité338(*). Dès lors, selon une enquête TNS/SOFRES, la consommation est devenue en 2005 un critère d'achat pour 57,8 % des Français. Le tableau ci-dessous démontre du reste que les ménages ont intégré l'impératif d'économie d'énergie dans leur décision d'achat.

Lampes basse consommation

2002

2003

2004

2005

Français possédant une ou plusieurs lampes basse consommation

44,7 %

48,7%

51,1%

57,8%

Appareils frigorifiques

2003

2004

2005

2006

Ventes d'appareils frigorifiques catégories A et A+

43 %

58 %

70 %

85 %

Source : TSN/SOFRES 2006 pour l'ADEME

Afin que l'État sensibilise l'ensemble de ses agents publics aux bénéfices de la MDE, votre mission propose qu'à l'instar des administrations britanniques, des affichettes incitant à l'économie de l'électricité soient apposées dans l'ensemble des locaux de l'administration.

Source : Ministère du commerce et de l'industrie britannique339(*)

* 336 C'est au demeurant la mission assignée au présent rapport « d'information », qui constate le défi d'approvisionnement électrique auquel la France est confronté, définit les domaines prioritaires d'intervention (notamment la MDE) et propose des solutions pour y remédier (voir infra pages 209 à 211 le récapitulatif des 40 propositions adoptées par la mission).

* 337 L'article L. 131-3 du code de l'environnement et le décret n°91-732 du 26 juillet 1991 relatif à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie en sont le support juridique.

* 338 Les campagnes « Opération vidange propre », « Réduisons vite nos déchets, ça déborde » et « Chauffe-eau solaire, passez à l'acte » ont aussi rempli leur office dans leurs domaines respectifs.

* 339 Traduction : « Le changement climatique modifie notre avenir. Certaines parties du monde en bénéficieront, mais la plupart des pays en pâtiront gravement, et l'effet sur la croissance globale sera négatif. Le climat change déjà : un arbre en fleur, St. James Park, 15/01/07. En ÉCONOMISANT L'ÉNERGIE, vous contribuez à la réduction des émissions de CO2 et au ralentissement du changement climatique. VEUILLEZ ÉTEINDRE LES LUMIÈRES S'IL VOUS PLAÎT. »