Allez au contenu, Allez à la navigation



Diversité sociale dans les classes préparatoires aux grandes écoles : mettre fin à une forme de « délit d'initié »

 

b) D'autres actions visant à démocratiser l'accès aux CPGE
(1) Le soutien apporté par le CNED

A compter de l'année 2006-2007, le Centre national d'enseignement à distance (CNED) propose un soutien aux lycéens, afin de leur permettre de disposer des meilleurs atouts pour réussir dans les filières d'excellence de l'enseignement supérieur, et notamment dans les classes préparatoires.

Il s'agit de leur apporter à la fois un accompagnement à distance tout au long de l'année scolaire, ainsi que des regroupements « présentiels » de trois jours pendant les vacances de printemps et juste avant la rentrée scolaire.

L'objectif de ce soutien est d'offrir une aide méthodologique et disciplinaire aux lycéens, mais également de les familiariser à la connaissance des codes culturels et du travail en classe préparatoire.

Le CNED s'appuie sur ses huit instituts répartis sur l'ensemble du territoire et sur des structures partenaires pour rendre cette offre disponible au plus grand nombre. Le prix des formations se situe entre 100 et 200 euros, celui des regroupements entre 250 et 300 euros pour l'année ; les élèves boursiers bénéficient d'une réduction de 25 %.

(2) Les « parcours de réussite sécurisés » pour les élèves issus de milieux modestes

Le ministère de l'éducation nationale a mobilisé deux lycées publics prestigieux disposant de classes préparatoires - le lycée Saint-Louis à Paris et le lycée Kleber de Strasbourg -, afin de proposer des « parcours de réussite sécurisés » à des élèves issus de lycées situés en zone urbaine sensible.

Ces lycées s'engagent, dans le cadre d'un accord passé avec leurs lycées partenaires47(*) :

- à mettre en oeuvre un dispositif de tutorat et d'accompagnement des lycéens de première et de terminale ;

- à garantir un examen particulièrement attentif des dossiers de candidatures en CPGE présentés par les élèves des lycées partenaires ;

- à assurer un logement à ces élèves qui seraient admis en CPGE ;

- à leur garantir un accompagnement et un soutien pédagogique pendant les deux ans de leur formation en CPGE dans ces deux lycées.

Cette expérimentation doit donner lieu à une évaluation d'ici quatre ans. Selon le ministère de l'éducation nationale, ce principe de « réseau d'établissements piloté par des lycées d'excellence, au service d'élèves méritants issus de milieux modestes » pourrait être étendu.

* 47 Les lycées partenaires du lycée Saint-Louis de Paris sont notamment le lycée Voillaume d'Aulnay-sous-Bois, le lycée Jacques Brel de La Courneuve, le lycée Robert Doisneau de Corbeil-Essonnes et le lycée Edmond Rostand de Saint-Ouen l'Aumône.

Les lycées partenaires du lycée Kléber de Strasbourg sont le lycée Schwilgué de Sélestat, le lycée Marc Bloch de Bischheim, le lycée Haut-Barr de Savernes, le lycée Jean Monnet de Strasbourg, le lycée Robert Schumann de Hagueneau, le lycée Schuré de Barr et le lycée Marcel Rudloff de Strasbourg.