Allez au contenu, Allez à la navigation

Histoires Mémoires Croisées "Des champs de bataille aux réécritures de l'Histoire coloniale" - Rencontre du 8 juillet 2014

9 juillet 2014 : Histoires Mémoires Croisées "Des champs de bataille aux réécritures de l'Histoire coloniale" - Rencontre du 8 juillet 2014 ( rapport d'information )

5.2. M. PASCAL BLANCHARD

Pendant longtemps, la mémoire et l'histoire composaient deux mondes séparés. Mais le public lit, écoute, s'informe, échange aussi. Ainsi, le film Indigènes de Rachid Bouchareb a certainement eu plus d'impact que les écrits des historiens sur l'histoire militaire de la Seconde Guerre mondiale pour toucher et mobiliser la jeune génération issue de l'immigration maghrébine. Ce film a créé une émotion, qui a provoqué un débat politique, qui lui-même a produit une réaction politique sur les pensions des anciens combattants. Mais l'histoire puise dans ces passions nouvelles pour investir de nouvelles questions, interroger le passé, motiver de nouvelles générations de chercheurs et interpeller de nouveaux publics. Histoire et mémoire sont en mouvement et, ensemble, ils concourent à écrire un récit commun.

Nos rencontres permettent de croiser la mémoire et l'histoire. Nous vivons une époque où les deux peuvent vivre et commencent à être entendues. Aucune ne domine l'autre, aucune ne s'oppose à l'autre, elles servent toutes les deux le même dessein : participer au vivre ensemble. Certes des moments de frottement, de conflits aussi, peuvent exister, mais cela est assez évident lorsque les « ennemis » d'hier décident de participer ensemble à bâtir une nation, à se construire un destin, à fabriquer une citoyenneté partagée. Ainsi, France Télévisions, à l'occasion des commémorations du centième anniversaire de la Première Guerre mondiale et du soixante-dixième anniversaire de la Libération de la France (1943-1945), a diffusé cette série Frères d'armes que j'ai le plaisir de co-écrire avec Rachid Bouchareb en 50 épisodes. Cette série participe à sa façon à bâtir les récits d'aujourd'hui pour les mémoires communes de demain. C'est dans cette dynamique d'échanges que doivent être lus les présents échanges et contributions, en quête de nouveaux territoires oubliés de l'histoire, qui désormais sont parties communes de nos mémoires. Commémorer ce n'est pas seulement se souvenir, c'est aussi découvrir, apprendre, comprendre, réagir, discuter, pour mieux puiser demain dans l'histoire le sens du présent qui guide le chemin vers l'avenir.