Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

F. LES CONSTATATIONS EFFECTUÉES PAR VOTRE COMMISSION

Une délégation de votre commission a effectué un déplacement le 16 octobre 1997, au collège Magellan de Chanteloup-les-Vignes pour mesurer les conséquences du classement d'un établissement situé en ZEP et en zone sensible et apprécier les réponses apportées aux difficultés des élèves.

Ce collège, récent et de taille humaine, accueille environ 400 élèves de milieux sociaux variés et le plus souvent défavorisés : 32 nationalités y sont représentées et une grande partie des familles des élèves, souvent monoparentales, sont au chômage.

La délégation de votre commission a pu effectuer le constat suivant :

- les actions et les projets programmés par l'établissement apparaissent particulièrement riches et divers mais nécessitent un encadrement renforcé des élèves et un abaissement corrélatif des effectifs par classe ;

- le projet d'établissement a pour objectif prioritaire d'apporter une aide aux élèves pour créer leur propre système de valeurs, ou d'utiliser largement les nouvelles technologies de l'information et de la communication dans certaines disciplines (mathématiques, technologie), de prévenir la violence en développant le respect de règles, notamment par la pratique d'un sport, de favoriser l'ouverture sur l'extérieur en préparant les élèves à quitter leur quartier et à établir des contacts avec les entreprises dans la perspective de leur orientation, de développer le soutien scolaire ;

- le bon fonctionnement de l'établissement est fondé sur le dynamisme et l'investissement personnel de l'équipe éducative et de direction et suppose une certaine autonomie des enseignants par rapport aux exigences pédagogiques officielles ainsi qu'une formation spécifique pour aider ces derniers à affronter des difficultés auxquelles ils ne sont pas actuellement préparés ;

- cet équilibre apparaît d'autant plus fragile qu'il n'est pas relayé à l'extérieur de l'établissement par l'action d'accompagnement des familles, des associations, des acteurs sociaux, bref si la politique des ZEP n'est pas articulée avec une politique de la ville.

La commission a enfin été frappée par le dynamisme et la jeunesse de l'équipe éducative et de direction et par la relative stabilité des enseignants qui explique sans doute une large part des résultats satisfaisants obtenus.

*

* *

Sans remettre en cause le principe de la discrimination positive, dont le bilan apparaît en effet contrasté, le gouvernement a donc manifesté sa volonté de relancer le dispositif des zones d'éducation prioritaires.

L'insertion de l'article 75, d'une formulation très générale et déclarative, dans le projet de loi d'orientation sur l'exclusion, destiné à compléter l'article 1er de la loi d'orientation de 1989 sur l'éducation, a pour objet de consacrer au plan législatif ce principe dans la répartition des moyens du service public de l'éducation.

Retour Sommaire Suite