Allez au contenu, Allez à la navigation

COURROY Louis

Ancien sénateur des Vosges

Election

  • Elu le 26 avril 1959
  • Réélu le 22 septembre 1968
  • Fin de mandat le 2 octobre 1977 (ne se représente pas)

Fonctions exercées au cours de ses mandats de sénateur

  • Questeur du Sénat

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires culturelles
  • Membre du Groupe des Républicains et Indépendants

Travaux parlementaires

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)
Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

COURROY (Louis)

Né le 4 mars 1915 à Rupt-sur-Moselle (Vosges)

Décédé le 12 octobre 1991 à Cornimont (Vosges)

Sénateur des Vosges de 1952 à 1958

Fils d'un négociant de Rupt-sur-Moselle, Louis Courroy reprend l'affaire familiale, après des études secondaires à l'Institut Saint-Joseph d'Epinal, et l'obtention d'une capacité en droit.

Il milite également dans plusieurs mouvements de jeunesse, et devient ainsi secrétaire national des jeunes Indépendants et Paysans, après avoir été président régional de la Jeunesse active.

Lorsque la guerre éclate, il est mobilisé comme adjudant de réserve ; blessé le 4 mars 1940, il est réformé le 14 mars.

De retour dans les Vosges, il participe au mouvement de résistance à l'occupant, et rejoint en juillet 1944 le maquis de la « Piquante Pierre » ; à l'arrivée des troupes alliées, il se joint comme guide patrouilleur à la 36è Division américaine.

Son courage est alors distingué par la Croix de guerre, la Médaille militaire, et une citation de l'armée américaine.

Après la Libération, il s'engage dans les rangs du MRP, qu'il contribue à implanter dans le département des Vosges.

Elu conseiller municipal de son village natal en 1945, il en devient deuxième adjoint au maire, avant d'accéder lui-même à la mairie en octobre 1953.

Il siège également au conseil général des Vosges à partir de septembre 1946, pour y représenter le canton du Thillot.

Cette bonne implantation locale le conduit à briguer un siège au Conseil de la République, lors des élections du 18 mai 1952 ; en tête de la liste des candidats républicains indépendants et paysans, qui remporte les deux sièges à pourvoir, il est lui-même élu au second tour avec 811 sur 1161 suffrages exprimés.

Au Conseil de la République, il rejoint le groupe du Centre républicain d'action rurale et sociale, et siège à la Commission de la presse, et à la Commission de la reconstruction. Cette dernière le charge, en novembre 1952, du rapport sur la modification de la législation sur le remembrement.

Très engagé dans la gestion locale, Louis Courroy intervient peu au sein du Parlement.

En 1955, il prend part à deux débats agricoles, portant sur la protection de l'appellation « tapioca », et la qualification des bouilleurs de cru et, en 1956, s'exprime sur les pouvoirs spéciaux du Gouvernement en Algérie, la situation du personnel des eaux et forêts, et le budget des anciens combattants. Il dépose également une proposition de résolution sur ce sujet, invitant le gouvernement à fixer à cinquante ans l'âge de la retraite du combattant.

Puis, en 1957, il prend part aux débats sur la formation professionnelle agricole, et le relèvement des maxima des marchés départementaux.

L'année suivante, il intervient dans la discussion sur les taux d'intérêt des prêts à la construction, sujet qui avait fait l'objet de sa part d'une proposition de résolution. Les 2 et 3 juin 1958, il vote en faveur des pleins pouvoirs et de la révision constitutionnelle.

Lors des sénatoriales du 8 juin suivant, Louis Courroy est réélu dès le premier tour sur la liste des Indépendants paysans et d'union nationale, avec 773 voix sur 1157 suffrages exprimés, et conserve son siège aux sénatoriales d'avril 1959.

Afficher le texte

Ve République

COURROY (Louis)

Né le 4 mars 1915 à Rupt-sur-Moselle (Vosges).

Décédé le 12 octobre 1991 à Cornimont (Vosges).

Sénateur des Vosges de 1952 à 1977.

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1940-1958, tome III, p. 216-217).

Un temps proche du MRP puis du RPF sous la IVe République, le sénateur Louis Courroy approuve le retour au pouvoir du général de Gaulle. Il est confirmé dans ses fonctions de maire de Rupt-sur-Moselle au début de l'année 1959. Sans concurrent à droite, Louis Courroy est réélu sans difficulté le 26 avril 1959, ayant réuni dès le premier tour 773 suffrages de grands électeurs sur 1157.

Il rejoint au Palais du Luxembourg la commission des affaires culturelles, avant de la quitter dès octobre 1959 pour la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du règlement et d'administration générale. Il y siège jusqu'en 1968. Louis Courroy est choisi en juillet 1959 pour rejoindre le Sénat de la Communauté, en qualité d'ancien membre de la commission de la France d'Outre-mer.

L'élu de la Montagne vosgienne ne dépose pas de proposition de loi jusqu'en 1974, mais prend fréquemment la parole en séance publique. Ses interventions se concentrent d'abord sur les questions qui touchent son département d'élection, des problèmes agricoles à la crise de l'industrie. Le 11 juillet 1963, il adresse ainsi une question orale au ministre de l'Industrie pour plaider en faveur du rétablissement des bénéfices accordés aux « zones d'urgence » dans le cadre de l'expansion économique et de l'aménagement du territoire, et attire de nouveau l'attention du Gouvernement sur les difficultés de l'industrie vosgienne le 6 novembre 1974. Le sénateur des Vosges devient également un spécialiste des questions d'Outre-mer. Il est désigné comme rapporteur des propositions de loi relatives aux Assemblées territoriales de la Côte française des Somalis en juin 1963 et de la Nouvelle-Calédonie en octobre 1966. Louis Courroy montre en outre beaucoup d'intérêt pour le débat éducatif dans les années 1960 et 1970. Sa qualité d'ancien résistant l'autorise à regretter la suppression du 8 mai comme date commémorative de l'armistice mettant fin à la Seconde guerre mondiale par décret du 11 avril 1959.

Louis Courroy souffre comme d'autres sénateurs du dédain affiché par le pouvoir gaulliste pour le Sénat dans les années 1960. En séance publique, les « élus du seigle et de la châtaigne » ne débattent souvent des textes de loi qu'en présence de secrétaires d'Etat. Quelques échos de cette amertume filtrent parfois dans la presse. L'Express du 27 novembre 1967 rapporte ainsi ces propos de Louis Courroy : « A l'ère des grands débats d'idées, le Gouvernement nous envoie le sergent de semaine. Nous travaillons dans une belle gare, avec une belle casquette, mais les trains ne font que passer. Quand feront-ils halte ? ». Le sénateur des Vosges se rapproche des positions de Valéry Giscard d'Estaing dès 1962 : dans la majorité, mais sans abandonner ses libertés de ton et de parole. Il autorise le gouvernement Debré à prendre certaines mesures relatives au maintien de l'ordre en Algérie après la semaine des barricades (3 février 1960), approuve la réforme des régimes matrimoniaux (13 juillet 1965) comme la loi Neuwirth autorisant la contraception (5 décembre 1967). Inscrit au groupe du Centre républicain d'action rurale et sociale de 1959 à 1964, puis au groupe des Républicains indépendants, Louis Courroy préside de 1967 à 1971 l'Union parlementaire républicaine et rurale du Sénat : cette amicale réunit les membres de la Haute chambre qui soutiennent Valéry Giscard d'Estaing. L'ancien résistant de Rupt-sur-Moselle est nommé Secrétaire général adjoint de la Fédération des Républicains indépendants en avril 1967.

L'échec de sa liste aux élections municipales de mars 1965 à Rupt-sur-Moselle ne compromet pas l'implantation de Louis Courroy. Les électeurs du canton du Thillot le confirment en effet dans ses fonctions de conseiller général en 1967. Le 22 septembre de la même année, il obtient 898 voix sur 1166 dès le premier tour des élections sénatoriales. L'ancien maire de Rupt-sur-Moselle rejoint alors la commission des affaires sociales au Palais du Luxembourg. De 1971 à 1974, il préside le groupe des Républicains indépendants, le plus important du Sénat en nombre de sièges, qui rassemble plus d'un cinquième des élus : c'est en cette qualité qu'il plaide en faveur d'un système de défense européen, « employant des forces et reposant sur une stratégie européennes » le 7 novembre 1972. Louis Courroy approuve également l'ensemble du projet de loi portant création et organisation des régions dans la rédaction proposée par une commission mixte paritaire mais rejette comme insuffisamment libéral le projet de loi portant statut des Radiodiffusion et télévision françaises (29 juin 1972). Le 2 avril 1973, il retrouve la commission des affaires culturelles du Sénat, 14 ans après l'avoir quittée.

Le sénateur des Vosges appartient sans discontinuer depuis octobre 1961 à la commission spéciale chargée de vérifier et d'apurer les comptes de la Nation, dont il est secrétaire et rapporteur de décembre 1970 à octobre 1974. A cette date, il devient Questeur du Sénat. Cette désignation traduit pour l'élu vosgien une forme de reconnaissance de son expérience et de son engagement en faveur de Valéry Giscard d'Estaing, élu chef de l'Etat quelques mois plus tôt.

Louis Courroy vote le projet de loi abaissant à 18 ans l'âge de la majorité (28 juin 1974), comme la loi relative à l'interruption volontaire de grossesse en décembre 1974. Il choisit cependant de s'abstenir sur le texte portant réforme du divorce (18 juin 1975). Ses dernières années de mandat au Sénat lui permettent d'aborder les thèmes qui lui sont chers depuis de nombreuses années. Il dépose ainsi une proposition de loi tendant à doter la Polynésie française d'un nouveau statut le 2 juillet 1974, ainsi que deux questions orales avec débat concernant l'industrie du bois en 1976. Il intervient lors de la discussion d'une proposition de loi relative à la mise en valeur pastorale dans les régions d'économie montagnarde, le 19 avril 1977.

Réélu Conseiller général du Thillot en 1973, Louis Courroy choisit de ne pas solliciter le renouvellement de son mandat de sénateur le 25 septembre 1977. Cette décision fait suite au retrait de son collègue vosgien Henri Parisot : tous deux avaient été élus au Sénat en 1952, comme Indépendants. Ils sont remplacés à la Haute Assemblée par Christian Poncelet et Albert Voilquin.

Retiré de la vie publique depuis la fin des années 1970, Louis Courroy disparaît dans des circonstances particulièrement tragiques : après s'être égaré dans la forêt vosgienne, il est victime d'une chute mortelle, à soixante-dix-sept ans. Lors de ses obsèques, le 16 octobre 1991, le président du Conseil général des Vosges, Christian Poncelet, salue « un homme droit », tandis que le président du Sénat Alain Poher loue « un homme de conciliation. »

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Louis COURROY, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe des Républicains et Indépendants
Etat-civil
Né le 4 mars 1915
Décédé le 13 octobre 1991
Profession
Directeur commercial
Département
Vosges