Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2017 : Action extérieure de l'État

24 novembre 2016 : Budget 2017 - Action extérieure de l'État ( avis - première lecture )

LA FRANCE A-T-ELLE ENCORE LES MOYENS DE SON AMBITION CULTURELLE EXTÉRIEURE ?

I. LA FRANCE A-T-ELLE ENCORE LES MOYENS DE SON AMBITION CULTURELLE EXTÉRIEURE ?

A. DE BEAUX ATOUTS, UNE GRANDE AMBITION

Avec ses 162 ambassades, 16 représentations permanentes et 217 postes consulaires, la France possède le troisième réseau diplomatique et consulaire au monde, derrière les États-Unis et la Chine, mais devant l'Allemagne, le Royaume-Uni et la Russie. La quasi-universalité de notre réseau diplomatique place ainsi la France parmi les toutes premières puissances diplomatiques mondiales.

Nombre de postes diplomatiques par pays

La France possède d'autres atouts de taille pour jouer sa partition sur la scène internationale, alors même que notre population nationale pèse moins de 1 % de la population mondiale : le français est la sixième langue la plus parlée5(*) dans le monde (après le mandarin, l'anglais, l'espagnol, l'arabe et l'hindi) et même la deuxième langue la plus enseignée6(*) (après l'anglais).

Notre pays possède également une offre éducative en français à l'étranger unique au monde, grâce notamment au réseau de l'Agence pour l'enseignement du français à l'étranger (AEFE).

Difficile de rêver plus beaux atouts pour mener une politique diplomatique ambitieuse, non pas celle de demeurer une « grande » ou une « moyenne puissance » mais de jouer un rôle de « puissance d'influence » sur la scène internationale comme l'atteste le texte gouvernemental ci-après.

L'ambition intacte de la diplomatie française

« Le réseau diplomatique et consulaire connaît depuis 2013 des évolutions qui visent à l'adapter, dans ses missions et dans ses composantes, aux enjeux de politique étrangère de la France afin de maintenir intacte l'influence de cette dernière sur la scène internationale. Ces évolutions se traduisent par un investissement sur les sujets prioritaires (diplomatie économique, enjeux de la mondialisation) et par un effort particulier au profit des pays émergents comme des pays en sortie de crise afin de redéployer la présence française à l'étranger là où le monde se construit demain. Ainsi, en 2016, notre réseau en Chine est devenu en effectifs le premier dans le monde. Ces évolutions doivent aussi, plus encore aujourd'hui, être mises au service du redressement économique du pays, comme à celui des nouvelles communautés expatriées qui l'accompagnent, dans un contexte d'intensité et de diffusion croissantes des menaces.

Cette exigence répond également à l'impératif d'une meilleure adéquation des ressources humaines et budgétaires disponibles aux priorités de la France, dans le contexte de maîtrise de la dépense publique. Les adaptations du réseau s'inscrivent ainsi dans le droit fil des mesures mises en oeuvre afin d'améliorer la cohérence, l'efficacité et le fonctionnement de l'outil diplomatique. Elles procèdent aussi de la démarche de revue des missions engagée par le Gouvernement au titre de la modernisation de l'action publique.

Toutes ces évolutions ne remettent pas en cause l'universalité du réseau, atout essentiel de la diplomatie française.

Ce principe ne signifie toutefois ni exhaustivité des missions du réseau, ni uniformité de ses modes de présence, ni immuabilité de son dispositif. La présence française et ses modes d'action sont désormais davantage différenciés et évoluent dans le sens d'une plus grande modularité et d'un décloisonnement accru des missions. C'est le sens du recentrage des missions des postes de présence diplomatique. »

Source : PAP7(*) 2017 (notre souligné)

« Adaptation », « sujets prioritaires », « meilleure adéquation des ressources humaines et budgétaires disponibles aux priorités », « contexte de maîtrise de la dépense publique » : notre politique d'influence, et le réseau diplomatique qui la met en oeuvre, en dépit de tous les atouts cités précédemment, sont pourtant contraints d'évoluer sous peine d'amorcer un lent déclin.

Cette contrainte externe impérieuse, c'est la contrainte budgétaire.


* 5 274 millions de francophones.

* 6 125 millions de personnes dans le monde sont en situation d'apprentissage impliquant le français (dont 49 millions suivent un enseignement de français langue étrangère) et l'on compte 900 000 professeurs de français (dont 50 % hors de France).

* 7 Projet annuel de performances.