Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2021 : Aide publique au développement : Aide économique et financière au développement - Solidarité à l'égard des pays en développement

19 novembre 2020 : Budget 2021 - Aide publique au développement : Aide économique et financière au développement - Solidarité à l'égard des pays en développement ( avis - première lecture )

III. LE NOUVEAU SIÈGE DE L'AFD : UNE OPÉRATION À SUIVRE AVEC VIGILANCE

C'est dans ce contexte difficile que l'AFD est en train de mener un très ambitieux projet de relocalisation sur un site de 50 000 mètres carrés près de la gare d'Austerlitz dans le 12ème arrondissement de Paris, site qui a été préféré à une localisation moins onéreuse à Saint-Ouen. Ce projet vise à absorber la croissance des effectifs de l'AFD (2069 personnes) et à réunir sur un site unique l'ensemble des salariés du groupe (AFD, PROPARCO et bientôt Expertise France), aujourd'hui répartis sur 5 localisations. Le montant global de l'opération est de 836 millions d'euros.

Si ce projet, étudié par la direction immobilière de l'Etat, était sans doute économiquement rationnel avant la crise de la Covid-19, deux sujets appellent une vigilance nouvelle dans le contexte actuel. D'abord, la vente des bâtiments actuels, nécessaire à l'opération, risque d'être plus compliquée que prévu. Ensuite, le projet a été défini sur la base d'une croissance des effectifs qui semble peu réaliste au regard des efforts demandés à l'Agence en termes de maîtrise des charges non bancaires. L'emprise compte ainsi probablement au moins 10 000 mètres carrés de trop, qu'il sera nécessaire de louer ou de revendre, opération qui risque elle aussi d'être rendue difficile par le contexte économique. Cette opération devra donc être suivie avec la plus grande vigilance pour s'assurer que les intérêts financiers de l'Etat sont bien préservés.

Une surface de

Un montant total de

 
 

Pour la nouvelle
« cité du développement »

Pour cette opération immobilière

IV. LES CONSÉQUENCES PRÉOCCUPANTES DE LA FIN DU FONDS EUROPÉEN DE DÉVELOPPEMENT (FED)

Le programme 209 porte la contribution française au FED (31% des crédits CP du programme hors dépense du titre 2 : 713 millions d'euros AE=CP). Or, le FED va être fusionné au sein d'un instrument unique de voisinage, de développement et de coopération internationale (NDICI) dans le cadre de la rénovation des instruments européens d'aide au développement. D'après les informations recueillies par les rapporteurs, alors qu'actuellement 5 pays prioritaires de l'aide française figurent parmi les 6 premiers récipiendaires du 11ème FED (et la part des versements du FED à destination des pays prioritaires de la France devrait s'élever à 26% en 2020, en hausse par rapport à 2019), il est possible que cette réforme ait pour conséquence une moindre focalisation sur l'Afrique subsaharienne, certains pays d'Europe du Nord plaidant pour l'attribution d'une proportion plus importante des financements aux Balkans.

De même, les nouveaux instruments qui pourraient être développés à l'occasion de cette réforme comporteront probablement une part de prêts qui les réservera aux pays africains à revenus intermédiaires davantage qu'aux pays plus pauvres du Continent. Il conviendra donc de soutenir le Gouvernement au cours des mois à venir dans la négociation des modalités de cette réforme afin de préserver le relatif alignement des objectifs des financements européens, tels qu'ils figureront dans le prochain cadre financier pluriannuel (2021-2027) auquel la France contribuera massivement, avec les priorités géographiques de notre APD.