Allez au contenu, Allez à la navigation

19 novembre 1998 : Budget 1999 - Jeunesse et sports ( avis - première lecture )

 

Retour Sommaire Suite

C. LE BILAN DES DÉPENSES LIÉES À L'ORGANISATION DE LA COUPE DU MONDE DE FOOTBALL

L'organisation en France de la Coupe du monde de football 1998 ne s'est pas soldée seulement par une grande fête populaire -et une remarquable victoire de l'équipe de France : elle a aussi permis une importante rénovation d'une partie du patrimoine sportif.

Pour réussir dans cette grande entreprise, l'Etat, les collectivités territoriales, les entreprises publiques et le secteur privé ont été largement mis à contribution.

Il a donc semblé utile à votre rapporteur d'établir le bilan de ces contributions, qui, entre 1994 et 1998, auront représenté au total 9,424 millions de francs et dont le tableau ci-après indique la répartition par intervenant et par catégorie de dépenses :

FINANCEMENT DE LA COUPE DU MONDE DE FOOTBALL


(en M.F.)

Etat

Collectivités territoriales

Entreprises publiques

Total dépenses publiques

Secteur privé

Total

Stade de France

dont :

2 621

1 093

528

4 242

1 538

5 580

Construction

1 254

 
 

1 254

1 538

2 792

Aménagement du site

613

93

60

766

 

766

Desserte

754

1 001

468

2 223

 

2 223

Stades de province et Parc des Princes

366

525

 

891

 

891

Total dépenses d'investissements

2 987

1 619

 
 

1 538

6 672

Dépenses d'organisation

161

n.d.

65

226

2 526

2 752

TOTAL GENERAL

3 148

1 619

593

5 360

4 064

9 424

 

(33,4 %)

(17,1 %)

(6,3 %)

(56,8 %)

(43,2 %)

(100 %)

On notera qu'il serait intéressant, au regard de ces dépenses, de disposer de l'évaluation qui n'a pu être encore établie, des retombées positives de la Coupe du monde sur l'ensemble de l'économie.

On mesure en tout cas, à la lecture de ce tableau, le poids dont aura pesé la Coupe du monde sur le budget du ministère de la jeunesse et des sports : en effet, mis à part des crédits d'équipements votés en 1995 dans le cadre de deux collectifs (720 millions de francs), les sommes considérables affectées par l'Etat à cet événement exceptionnel n'ont fait l'objet d'aucun financement " exceptionnel " et ont été prélevées sur les crédits d'intervention et d'investissement du ministère, ainsi que sur les ressources du FNDS.

Retour Sommaire Suite