Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi autorisant la ratification de l'accord de stabilisation et d'association entre les Communautés européennes et la Croatie

 

B. DES RELATIONS BILATÉRALES ENCORE LIMITÉES

1. La situation économique

Du point de vue économique, l'encours des investissements français en Croatie reste modeste. Un accord de protection des investissements a néanmoins été signé le 3 juin 1996 à Zagreb ; il est entré en vigueur le 5 mars 1998. Les banques françaises sont peu exposées en Croatie. Leurs créances consolidées n'excèdent pas 3 % des créances bancaires étrangères sur le pays (les banques allemandes détiennent près de 40 % du total).

L'aide bilatérale française est récapitulée dans le tableau ci-dessous pour 1999, 2000, 2001 et 2002 (millions d'euros)

 

1999

2000

2001

2002

Crédits DGCID

0,65

0,84

0,94

1,03

Crédits DCMD

0,02

0,06

0,08

0,34

Crédits MINEFI (Fonds fiduciaire auprès de la BERD)

   

0,08

 

Crédits Ministère de l'Intérieur

 

0,004

0,03

 

Total

0,06

0,9

1,13

1,37

2. Les relations politiques

Les relations politiques se renforcent progressivement : la visite en France du Président Mesic, le 25 février 2003, en témoigne. Les entretiens entre les présidents Mesic et Chirac ont permis d'évoquer la récente signature par la Croatie, comme par les neuf autres pays du « groupe de Vilnius », d'une déclaration soutenant la position des Etats-Unis vis-à-vis de l'Irak, l'état de la coopération avec le TPIY, comme la volonté de la Croatie d'adhérer rapidement -la date de 2007 a été évoquée- à l'Union européenne.

Enfin, un accord de coopération, visant à un soutien technique et logistique à la police croate, est en cours de négociation entre les deux ministères de l'Intérieur.