Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2014 : Sécurités (sécurité et éducation routières)

21 novembre 2013 : Budget 2014 - Sécurités (sécurité et éducation routières) ( rapport général - première lecture )

COMPTE D'AFFECTATION SPÉCIALE « CONTRÔLE DE LA CIRCULATION ET DU STATIONNEMENT ROUTIERS »

L'article 49 de la loi de finances pour 20064(*) a créé le compte d'affectation spéciale « Contrôle de la circulation et du stationnement routiers », habituellement appelé « CAS Radars » ou « CAS Amendes ». Conformément à l'article 21 de la LOLF, « les comptes d'affectation spéciale retracent, dans les conditions prévues par une loi de finances, des opérations budgétaires financées au moyen de recettes particulières qui sont, par nature, en relation directe avec les dépenses concernées ».

Le « CAS Radars » a vocation à retracer les dépenses financées à partir du produit des amendes. Ses recettes se composent du produit des amendes perçues par la voie des radars et de celui des autres amendes de police de la circulation et du stationnement, à l'exception d'une partie affectée à l'Agence pour le financement des infrastructures de transport de France (AFITF) et à l'Agence pour la cohésion sociale et l'égalité (ACSé) au titre du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD).

Ses dépenses sont réparties en deux sections, elles-mêmes respectivement divisées en deux et trois programmes.

La section 1 « Contrôle automatisé » comprend le programme 751 « Radars », qui finance le déploiement et l'entretien des radars ainsi que le fonctionnement du Centre national de traitement ; et le programme 752 « Fichier national du permis de conduire » qui supporte les charges de gestion du permis à points.

La section 2 « Circulation et stationnement routiers » comprend le programme 753 « Contrôle et modernisation de la politique de la circulation et du stationnement routiers », qui gère le déploiement du « procès-verbal électronique », le « PVé » ; le programme 754 « Contribution à l'équipement des collectivités territoriales pour l'amélioration des transports en commun, de la sécurité et de la circulation routières » transfère aux collectivités territoriales une partie des recettes des amendes ; enfin, le programme 755 « Désendettement de l'État » vient abonder le budget général au titre des recettes non fiscales.

I. DES MODALITÉS COMPLEXES DE RÉPARTITION DES RECETTES

Le « CAS Radars » est alimenté par trois types de recettes :

- les amendes forfaitaires faisant suite aux infractions relevées par les radars (« dispositifs de contrôle automatisé »), dites « AF radars » ;

- les autres amendes de la police de la route et du stationnement forfaitaires, dites « AF hors radars » ;

- les amendes forfaitaires majorées (en cas de retard de paiement), dites « AFM ».

Pour 2014, l'ensemble des recettes des amendes de la circulation et du stationnement routiers est estimé à 1 727,8 millions d'euros, retracé dans le tableau ci-dessous.

Répartition des recettes des amendes

(en millions d'euros)

   

2011

2012

2013 (LFI)

2014
(PLF)

AF Radars

Programme 751 Radars

182,0

176,0

211,0

220,0

Programme 752 Fichier national du permis de conduire

16,0

16,0

28,0

19,0

AFITF (Agence de financement des infrastructures de transport)

181,1

267,9

213,7

280,4

Programme 754 Collectivités territoriales

160,0

160,0

170,0

170,0

AFM + AF hors radars

488,5

477,4

522,3

509,8

Programme 755 Etat

433,2

423,3

463,2

452,0

Fonds interministériel de prévention de la délinquance

35,0

35,0

45,0

45,0

Fonds « emprunts structurés »

-

25,0

-

-

Programme 753 Procès-verbal électronique

21,2

43,4

32,8

31,6

 

TOTAL

1 517,0

1 624,0

1 666,0

1 727,8

Sources : projets annuels de performances, rapports annuels de performances, réponses au questionnaire budgétaire

Il convient de préciser que les montants pour 2013 sont ceux estimés en loi de finances initiale. Ils n'ont pas été révisés pour tenir compte des recettes effectivement encaissées en cours d'année. À cet égard, il est possible que le dynamisme de la recette « AFM » et « AF hors radars » ait été quelque peu sur-évalué l'année dernière, expliquant la baisse apparente entre 2013 et 2014 sur les programmes 754 et 755.

Les « AF Radars » sont affectées au CAS pour des montants déterminés en loi de finances. En 2014, la section 1 perçoit 239 millions d'euros, tandis que la section 2 reçoit 170 millions d'euros. Le solde est attribué à l'AFITF, pour un montant estimé de 280,4 millions d'euros.

S'agissant des « AF hors radars » et des « AFM », 45 millions d'euros sont versés à l'ACSé au titre du FIPD. Le solde revient intégralement à la section 2 du CAS. Sur ce montant, un peu moins de 32 millions d'euros sont orientés vers le programme 753. La partie restante est partagée entre le programme 754 et le programme 755, à raison de 53 % pour le premier, soit 509,8 millions d'euros, et de 47 % pour le second, soit 452 millions d'euros.

Le projet annuel de performances précise que « ces recettes prévisionnelles sont en progression de 6,4 % par rapport à l'exécution 2012 qui s'élevait à 1,62 milliard d'euros.

« En valeur, cette augmentation s'élève à environ 100 millions d'euros et se répartit comme suit :

« - environ 70 millions sont liés à la progression prévisionnelle des amendes forfaitaires issues du contrôle automatisé (radars). Cette hausse prévisionnelle de recettes du contrôle automatisé s'explique par la poursuite du déploiement des radars de nouvelle génération ainsi que par la poursuite à terme systématique des conducteurs étrangers en infraction ;

« - environ 30 millions d'euros de progression concernent les amendes forfaitaires hors contrôle automatisé (amendes issues du PV électronique [PVé] et carnets à souches) et les amendes forfaitaires majorées ».


* 4 Loi n° 2005-1719 du 30 décembre 2005 de finances pour 2006.