Allez au contenu, Allez à la navigation



Hongrie, la facture du mensonge politique

 

III. DES PERFORMANCES ÉCONOMIQUES RELATIVEMENT DÉCEVANTES

Dans son rapport de septembre 2006 sur la conjoncture mondiale publié à Singapour, le Fonds monétaire international escompte un niveau de croissance de « l'Europe émergente »3(*) de 5,4 % en 2006, après 5,5 % en 2005.

Ce jugement positif sur une croissance régionale jugée globalement « solide », exclut toutefois la Hongrie qui apparaît en retrait par rapport à ses voisins.

Néanmoins sur la moyenne période la performance de l'économie hongroise reste appréciable.

A. UN TAUX DE CROISSANCE HONORABLE, UNE INFLATION RAISONNABLE

Au cours des huit dernières années, la Hongrie a enregistré un taux annuel moyen de croissance de son PIB de l'ordre de 4 %.

Indicateurs macroéconomiques (2000-2006)

 

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006*

Taux de croissance
(en % du PIB)

5,5

5

3,3

2,8

4,6

4,1

4,6

Taux d'inflation
(en % du PIB)

9,8

7,8

5,2

5,7

6,8

3,6

2,3

Taux de chômage
(en % de la pop. active)

6

6

5,5

5,8

6

6,3

7,2

Source : Minefi (2006* Eurostat)

Au-delà de cette croissance stable, les autorités hongroises maîtrisent progressivement l'inflation, ramenée de 29 % en 1990 à 3,2 % en 2005 et probablement de 3,5 % en 2006.

Le plan de rigueur annoncé par le gouvernement affecte les perspectives à court terme : pour la Commission européenne, l'activité économique devrait chuter pour passer d'une croissance de 4,1 % en 2005 et 4,6 % en 2006, à 2,2 % en 2007, avant de remonter timidement à 2,6 % en 2008.

De son côté, le gouvernement hongrois, qui table sur une croissance de 4,1 % cette année, prévoit un ralentissement à + 2,2 % en 2007 en raison de mesures d'austérité, puis une relance à + 2,6 % en 2008 et + 4,1 % en 2008, selon un nouveau programme de convergence adressé le 1er septembre à Bruxelles.

Enfin, le taux de chômage, de l'ordre de 7 % actuellement, inférieur au taux moyen dans l'UE à 25, pourrait remonter si la crise des finances publiques imposait un ajustement réel vigoureux.

B. UN DÉSÉQUILIBRE EXTÉRIEUR QUI FAIT DOUTER DE L'ADÉQUATION DU TAUX DE CHANGE

Le point faible sur le plan des performances réelles de l'économie hongrois reste le déficit extérieur.

Le déficit extérieur

(en % du PIB)

 

1995/2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Balance commerciale

- 4,6

- 3,2

- 3,9

- 3,0

- 1,5

- 2,3

- 2,6

Balance courante

- 7,4

- 7,0

- 8,6

- 8,4

- 7,4

- 8,3

- 8,5

Le déficit de la balance des paiements courants, qui était de 8 % en moyenne entre 2002 et 2005 résulte de « forces contradictoires » :

la balance commerciale fortement négative depuis plusieurs années (- 3 milliards d'euros en 2004) s'est améliorée nettement en 2005 (- 1,5 milliard d'euros) ;

les sorties de capitaux au titre des revenus des investissements directs ou de portefeuilles ainsi du reste que les dépenses liées aux voyages expliquent le niveau récurrent du déficit des opérations courantes.

Pour le FMI, le déficit courant serait supérieur à 9 % du PIB en 2006, ce qui conduit à s'interroger sur l'adéquation du taux de change réel.

* 3 Le FMI entend par « Europe émergente » l'Europe centrale et du Sud-Est, les Etats baltes et la Turquie.