Allez au contenu, Allez à la navigation

9 octobre 1996 : Faut-il en finir avec l'heure d'été ? ( rapport d'information )

 


Retour Sommaire Suite

2. Conserver l'heure d'hiver pendant l'été

Le maintien de l'heure d'hiver durant toute l'année - ce qui ne serait jamais qu'un retour à la situation connue par la France de 1945 à 1976 - constitue la solution la plus adéquate à promouvoir.

Cette hypothèse limite à une heure le décalage sur l'heure solaire et n'introduit pas de perturbations dans l'heure européenne.

Bien au contraire, elle libère la France de l'obligation de changement sans contraindre les autres Etats membres désireux de poursuivre le dispositif d'heure d'été à l'abandonner.

En effet, il résulterait de ce choix que la France aurait en hiver l'heure de l'Allemagne et en été celle de l'Angleterre : sa situation géographique la prédispose d'ailleurs à jouer ce rôle de compromis entre les différents Etats européens, ainsi qu'il ressort du tableau suivant :

 

heure d'hiver

----------------------

heure d'été

Heure légale à midi sur le méridien de Greenwich

en hiver

-------------------------------

en été

Grande-Bretagne - Irlande - Portugal

GMT

----------------------

GMT + 1

12 H

-------------------------------

13 H

France

GMT + 1

----------------------

GMT + 1

13 H

-------------------------------

13 H

Allemagne

GMT

----------------------

GMT + 1

13 H

-------------------------------

14 H

Grèce

GMT

----------------------

GMT + 1

14 H

-------------------------------

15 H

La mise en oeuvre de cette heure unique est aisée puisqu'il suffirait de ne pas se soumettre à l'avancement estival de mars 1998, le préavis étant suffisamment long pour que les mesures d'adaptation soient arrêtées au niveau européen.

La seule conséquence de cette proposition serait d'inciter l'Espagne à réintégrer l'heure de son fuseau horaire, à l'image du Portugal voici quelques mois, pour ne pas se trouver en heure avancée tant avec ce pays qu'avec la France.

Quelle que soit la solution retenue, on constate que perdure la coexistence de trois heures différentes dans la Communauté, qui se justifie par sa situation géographique étendue sur trois fuseaux horaires et 39 degrés de longitude de l'ouest de l'Irlande aux îles orientales de la Grèce. L'utopie d'une heure unique dans toute l'Europe, outre son intérêt symbolique qui reste à démontrer, ne présente pas d'intérêt économique si l'on rappelle que les Etats-Unis connaissent, d'Est en Ouest, quatre fuseaux horaires différents sans que s'en trouve pénalisé leur développement économique.

Retour Sommaire Suite