Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2020 : Environnement

IV. UNE NOUVELLE IMPULSION POUR LA RECHERCHE DANS LES DOMAINE DES TRANSPORTS, DE LA CONSTRUCTION ET DE L'AMÉNAGEMENT

La recherche dans les domaines des transports, de la construction et de l'aménagement est principalement pilotée par l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (Ifsttar) créé en 2010. À ce titre, l'Ifsttar reçoit une subvention de charges pour service public de 87,4 M€, reconduite dans le PLF pour 2020.

A. DES PROGRAMMES DE RECHERCHE PORTEURS POUR LA VILLE DU FUTUR

L'Ifsttar, qui conduit des programmes de recherche diversifiés, travaille autour de trois axes principaux : l'efficacité des transports et la sécurité des déplacements, l'amélioration de l'efficience et la résilience des infrastructures, l'aménagement et la protection des territoires. Sur ce dernier point, l'Institut a su récemment initier une démarche nouvelle d'adaptation au changement climatique à travers l'anticipation des risques naturels et climatiques, notamment dans les territoires urbanisés. L'Institut élabore par exemple des expérimentations en sismologie, en provoquant des séismes de manière contrôlée et à faible magnitude. L'institut s'est également lancé dans une réflexion sur le « verdissement » du béton, à travers le recyclage du béton de démolition sous forme de granulats. On peut également citer le projet de Route de 5e génération (R5G), c'est-à-dire la communication et l'échange d'énergie entre l'infrastructure, le véhicule et le gestionnaire du réseau, ainsi que le développement de matériaux recyclables capables de s'auto-diagnostiquer et de s'auto-réparer.

B. LA FORMATION D'UN NOUVEL ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE RECHERCHE : L'UNIVERSITÉ GUSTAVE EIFFEL

Engagés depuis plusieurs années dans un projet de rapprochement d'instituts spécialisés dans l'aménagement des territoires et des transports travaillant en commun sur les enjeux de la ville de demain et de la mobilité durable (le projet FUTURE), l'Ifsttar et six autres établissements ont décidé de renforcer leurs synergies et de consolider leur rapprochement par la création d'un nouvel établissement public regroupant six d'entre eux. À compter du 1er janvier 2020, l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM), l'IFSTTAR, l'École supérieure d'ingénieurs en électronique et électrotechnique de Paris (ESIEE Paris), l'École nationale des sciences géographiques (ENSG-Géomatique), l'École des ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP) et l'École d'architecture de la ville et des territoires Paris-Est ne formeront plus qu'un seul établissement : l'Université Gustave Eiffel (UGE).

L'Université Gustave Eiffel aura l'ambition de favoriser l'émergence d'un établissement original mêlant les sciences « dures » et les sciences humaines, et de constituer un pôle pluridisciplinaire de rang international sur la ville durable. Le rapporteur se félicite de la concrétisation prochaine d'un projet original, ambitieux et dont l'initiative est issue exclusivement de la volonté et de la coopération des parties prenantes.