Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2020 : Environnement

B. LES DÉFIS DE L'ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE RENDENT ESSENTIELLE LA POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE L'ÉTABLISSEMENT

Les enjeux liés au changement climatique donnent à Météo-France un rôle central, tant en matière de recherche scientifique que d'amélioration des politiques publiques d'anticipation et de gestion des catastrophes naturelles.

Les progrès en matière d'anticipation des phénomènes extrêmes et de projections climatiques dépendent de la qualité et de la fiabilité des outils ainsi que de la puissance de calcul à disposition de Météo-France, qui constitue une référence internationale en la matière, contribuant notamment aux travaux du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Le rapporteur pour avis souligne de ce point de vue le caractère crucial et stratégique de la politique d'investissement de l'établissement. Plusieurs travaux, dont un récent rapport de France Stratégie, ont mis en avant les bénéfices très importants de ces investissements pour la collectivité, très largement supérieurs à leur coût.

La priorité est mise sur le renouvellement du supercalculateur - avec un coût total du projet s'élevant à 144 millions d'euros - avec la fin des travaux d'adaptation des salles de calcul, la poursuite du renouvellement des équipements assurant le traitement des données produites par le supercalculateur et le lancement de l'opération de mise à niveau des systèmes de stockage des données. Ce projet fait l'objet d'une subvention spécifique additionnelle de 27,1 millions d'euros sur les années 2019-2022, avec 7,7 millions d'euros prévus par le PLF 2020. Au-delà du supercalculateur, une enveloppe de 20 millions d'euros est prévue pour 2020 pour l'ensemble des investissements de l'établissement.

La mise en oeuvre de ce nouveau supercalculateur devra notamment permettre d'améliorer la prévision des phénomènes dangereux (avec un gain de une à deux heures d'échéance sur les prévisions) et d'améliorer la précision géographique et donc de mieux déterminer les risques. La bascule opérationnelle de la production des prévisions numériques est prévue pour l'été 2020 pour le premier supercalculateur et pour octobre-novembre 2020 pour le second.

Le rapporteur pour avis souligne également que depuis 2017, le dispositif APIC (Avertissements pluies intenses à l'échelle des communes) permet aux préfets et aux services de l'État d'être avertis en temps réel du caractère exceptionnel des précipitations qui concernent les communes de leur département et le dispositif Vigicrues Flash du risque de crues dans les prochaines heures sur certains cours d'eau. La plateforme APIC doit être par ailleurs actualisée pour les intercommunalités et ses informations pourront être mises à disposition du grand public.