Allez au contenu, Allez à la navigation

Le tourisme, un atout formidable pour la France

29 juin 2011 : Le tourisme, un atout formidable pour la France ( rapport d'information )

N° 684

SENAT

SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011

Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 juin 2011

RAPPORT D'INFORMATION

FAIT

au nom de la commission des finances (1) et de la commission de l'économie, du développement durable et de l'aménagement du territoire (2), sur l'action de l'agence de développement touristique Atout France et la promotion de la « destination France » à l'étranger,

Par MM. André FERRAND et

Michel BÉCOT, Sénateurs.

(1) Cette commission est composée de : M. Jean Arthuis, président ; M. Yann Gaillard, Mme Nicole Bricq, MM. Jean-Jacques Jégou, Thierry Foucaud, Aymeri de Montesquiou, Joël Bourdin, François Marc, Serge Dassault, vice-présidents ; MM. Philippe Adnot, Jean-Claude Frécon, Mme Fabienne Keller, MM. Michel Sergent, François Trucy, secrétaires ; M. Philippe Marini, rapporteur général ; M. Jean-Paul Alduy, Mme Michèle André, MM. Bernard Angels, Bertrand Auban, Denis Badré, Mme Marie-France Beaufils, MM. Claude Belot, Pierre Bernard-Reymond, Auguste Cazalet, Yvon Collin, Philippe Dallier, Jean-Pierre Demerliat, Mme Marie-Hélène Des Esgaulx, MM. Éric Doligé, Philippe Dominati, Hubert Falco, André Ferrand, François Fortassin, Jean-Pierre Fourcade, Adrien Gouteyron, Charles Guené, Claude Haut, Edmond Hervé, Pierre Jarlier, Yves Krattinger, Roland du Luart, Jean-Pierre Masseret, Marc Massion, Gérard Miquel, Albéric de Montgolfier, François Rebsamen, Jean-Marc Todeschini, Bernard Vera.

(2) Cette commission est composée de : M. Jean-Paul Emorine, président ; MM. Gérard César, Gérard Cornu, Pierre Hérisson, Daniel Raoul, Mme Odette Herviaux, MM. Marcel Deneux, Daniel Marsin, Gérard Le Cam, vice-présidents ; Dominique Braye, Mme Élisabeth Lamure, MM. Bruno Sido, Thierry Repentin, Paul Raoult, Daniel Soulage, Bruno Retailleau, secrétaires ; MM. Pierre André, Serge Andreoni, Gérard Bailly, Michel Bécot, Joël Billard, Claude Biwer, Jean Bizet, Jean-Marie Bockel, Yannick Botrel, Martial Bourquin, Jean Boyer, Jean-Pierre Caffet, Yves Chastan, Alain Chatillon, Roland Courteau, Jean-Claude Danglot, Philippe Darniche, Marc Daunis, Denis Detcheverry, Mme Évelyne Didier, MM. Michel Doublet, Daniel Dubois, Alain Fauconnier, Alain Fouché, Serge Godard, Francis Grignon, Didier Guillaume, Michel Houel, Alain Houpert, Mme Christiane Hummel, M. Benoît Huré, Mme Bariza Khiari, MM. Daniel Laurent, Jean-François Le Grand, Philippe Leroy, Claude Lise, Roger Madec, Michel Magras, Hervé Maurey, Jean-François Mayet, Jean-Claude Merceron, Jean-Jacques Mirassou, Robert Navarro, Louis Nègre, Mmes Renée Nicoux, Jacqueline Panis, MM. Jean-Marc Pastor, Georges Patient, François Patriat, Jackie Pierre, Rémy Pointereau, Ladislas Poniatowski, Marcel Rainaud, Charles Revet, Roland Ries, Mmes Mireille Schurch, Esther Sittler, Odette Terrade, MM. Michel Teston, Robert Tropeano, Raymond Vall, René Vestri.

SOMMAIRE

Pages

AVANT-PROPOS 8

RAPPEL DES CHIFFRES CLÉS DU TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 12

SYNTHÈSE DES PRINCIPAUX CONSTATS ET RECOMMANDATIONS DE VOS RAPPORTEURS 13

PREMIÈRE PARTIE : 15

LE TOURISME EST UN VOLET MAJEUR DE L'ÉCONOMIE FRANÇAISE 15

I. L'ÉROSION DE LA PLACE DE LA FRANCE DANS LE TOURISME INTERNATIONAL 15

A. LE DYNAMISME MONDIAL DES FLUX TOURISTIQUES 15

1. L'effet de la mondialisation sur les échanges touristiques 15

2. La crise financière et économique : un impact déjà absorbé 17

3. Des prévisions de croissance impressionnantes 17

B. LA « DESTINATION FRANCE » : UN RANG MONDIAL À CONFORTER 18

1. La France, première destination touristique mondiale 18

2. Un risque d'érosion de cet avantage acquis 18

3. Un classement moins avantageux en termes de recettes 20

II. LA CONTRIBUTION DU TOURISME À LA RICHESSE NATIONALE : UN ENJEU ET UN POTENTIEL DE DÉVELOPPEMENT MAJEURS 22

A. UN POSTE DES ÉCHANGES EXTÉRIEURS LARGEMENT EXCÉDENTAIRE 22

1. Un solde des services touristiques positif 22

2. Quelques éléments de comparaison sectorielle 23

B. LES APPORTS MULTIFORMES DU SECTEUR TOURISTIQUE 24

1. Un suivi statistique en voie d'amélioration 24

2. Une fraction considérable du revenu national brut 25

3. Une source d'emplois nombreux et non délocalisables 26

DEUXIÈME PARTIE : 27

L'ACTION D'ATOUT FRANCE À L'INTERNATIONAL 27

I. LES MISSIONS DE L'AGENCE DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE ATOUT FRANCE 27

A. UN OPÉRATEUR DE L'ETAT ISSU DE LA FUSION DE MAISON DE LA FRANCE ET D'ODIT FRANCE 27

1. Atout France reprend les missions d'ingénierie touristique et de promotion de la France à l'étranger... 27

2. ... et se voit confier deux nouvelles missions : le classement des hébergements de tourisme et la tenue du registre des opérateurs de voyages 29

B. UNE RÉFORME QUI S'INSCRIT DANS LE CADRE DE LA RÉVISION GÉNÉRALE DES POLITIQUES PUBLIQUES 32

1. L'organisation administrative du tourisme en France 32

2. L'organisation d'Atout France 33

C. LE CHAMP D'ACTION D'ATOUT FRANCE 34

1. Les prestations fournies par Atout France 34

2. La mise en oeuvre de la stratégie « Destination France 2010 - 2020 » 37

II. LE FINANCEMENT D'ATOUT FRANCE 39

A. UN FINANCEMENT MIXTE PUBLIC-PRIVÉ 39

1. Les ressources financées par le budget de l'Etat 40

2. Les ressources financées par les partenaires publics et privés 41

B. MAIS UN BUDGET GLOBAL QUI DEMEURE COMPARATIVEMENT MOINS ÉLEVÉ PAR RAPPORT À CEUX DES PRINCIPAUX CONCURRENTS 44

III. UNE STRATÉGIE ET UNE ACTION INTERNATIONALE À RENFORCER 46

A. CONSERVER UN RÉSEAU DE BUREAUX À L'ÉTRANGER NÉCESSITE UN RÉÉQUILIBRAGE DES MOYENS VERS LES NOUVELLES CLIENTÈLES INTERNATIONALES 46

B. LA COMPARAISON AVEC LE MODÈLE ESPAGNOL INCITE À ENGAGER UNE COMMUNICATION PERFORMANTE AUPRÈS DES ENTREPRISES ET DU GRAND PUBLIC 48

C. LA PRISE DE CONSCIENCE RÉCENTE DE LA NÉCESSITÉ DE PROMOUVOIR LE TOURISME AMÉRICAIN À L'ÉCHELON FÉDÉRAL CONFORTE LE MODÈLE FRANÇAIS DE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ 50

TROISIÈME PARTIE : 52

LES FAIBLESSES ET LES AXES D'AMÉLIORATION DE LA « DESTINATION FRANCE » 52

I. RENFORCER LA PROMOTION À L'INTERNATIONAL 52

A. COORDONNER LES MULTIPLES INTERVENANTS PUBLICS ET PRIVÉS 52

1. La multiplicité des intervenants dans le secteur du tourisme est le reflet de la diversité de l'offre française... 52

2. ...mais elle rend nécessaire une meilleure coordination sur les marchés étrangers : l'exemple du pavillon de la France à l'exposition universelle de Shanghai 56

B. ASSEOIR MONDIALEMENT LA MARQUE « RENDEZ-VOUS EN FRANCE » 56

1. Le développement d'une marque nationale s'impose dans le contexte de la concurrence internationale 56

2. La marque « Rendez-vous en France » doit devenir l'emblème commun de la promotion de la « destination France » à l'étranger 58

3. Un déficit de notoriété et de financement à combler de toute urgence 59

II. ADAPTER L'OFFRE TOURISTIQUE 60

A. UNE EXCESSIVE CONCENTRATION DE L'OFFRE 60

B. UN SOUS-INVESTISSEMENT PRÉOCCUPANT 60

1. La nécessité d'un effort d'investissement constant 60

2. Un fléchissement de l'investissement dans certains secteurs 62

C. RENFORCER L'ORGANISATION DU SÉJOUR DES ÉTRANGERS 63

1. Améliorer l'accueil : une prise de conscience à traduire dans les faits 63

2. Organiser l'accueil physique des touristes étrangers nécessite un renforcement des « réceptifs » 63

D. SUSCITER LA DIVERSIFICATION ET LA RÉNOVATION DE L'OFFRE TOURISTIQUE 65

1. « Loire Valley » : un laboratoire test de la création d'une nouvelle destination France à l'international 65

2. Développer une offre Internet unifiée : le lancement de la plateforme numérique www.rendezvousenfrance.com 68

QUATRIÈME PARTIE : 65

POUR UNE « GRANDE POLITIQUE DU TOURISME » : LES PRINCIPALES RECOMMANDATIONS, LEUR MISE EN 65

OEUVRE ET LEUR SUIVI 65

I. MOBILISER DES RESSOURCES DÉDIÉES À LA PROMOTION DE LA « DESTINATION FRANCE » 65

A. DÉVELOPPER DES SYNERGIES À PARTIR DES MOYENS EXISTANTS 65

1. Mieux identifier les sources de financements pour mieux orienter les fonds nécessaires à la promotion de la « destination France » 65

2. Profiter de la réforme territoriale pour redéfinir les compétences de chaque niveau de collectivité et relancer la dynamique de contractualisation Etat - régions 67

B. OPTIMISER LES RESSOURCES FISCALES : LA QUESTION DE LA TAXE DE SÉJOUR 67

1. Sécuriser et élargir l'assiette de la taxe au bénéfice des collectivités locales 67

a) Une succession de réformes à parachever 67

b) Une taxe qui continue à rencontrer de nombreux problèmes d'application 70

c) Une réforme aujourd'hui nécessaire, ne serait-ce que pour adapter le barème de la taxe de séjour au nouveau classement hôtelier 71

2. Instaurer une ressource pérenne dédiée à la promotion de la 72

C. MOBILISER DES RESSOURCES NOUVELLES 73

1. Les partenariats 73

2. Les fonds européens 73

3. Les investissements d'avenir 73

II. APPLIQUER UNE STRATÉGIE COMMUNE D'ACTION 75

A. RECENTRER LE PILOTAGE DE LA STRATÉGIE À L'INTERNATIONAL 75

1. Conforter le rôle d'Atout France comme opérateur pivot de la promotion internationale 75

2. Renforcer la représentation des collectivités locales dans la gouvernance d'Atout France 75

B. FAIRE TRAVAILLER ENSEMBLE LES ACTEURS PUBLICS ET PRIVÉS DU TOURISME 77

1. Encourager la mutualisation des moyens des acteurs publics du tourisme par le regroupement des moyens des CRT, CDT et OT lorsqu'ils se trouvent dans une même ville afin de développer les synergies et les économies d'échelle 77

2. Adapter le réseau des bureaux d'Atout France à la nouvelle clientèle mondiale et mieux l'intégrer dans le réseau des ambassades et agences françaises à l'étranger (services économiques, Ubifrance, AFII) 78

3. Se doter d'un outil de prospective économique, d'évaluation statistique et d'orientation en matière de formation des professionnels du tourisme : l'exemple de l'Institut français du tourisme 78

4. Inciter les professionnels à agir en commun et à mieux se fédérer au sein des instances de représentation professionnelle 78

C. PROMOUVOIR AU PLUS HAUT NIVEAU DE L'ETAT UNE « GRANDE POLITIQUE DU TOURISME » 80

1. Le tourisme mérite qu'un ministre lui soit tout entier consacré 80

2. La dimension transversale de la politique du tourisme nécessite un pilotage interministériel des projets stratégiques de développement de la « destination France » 81

TRAVAUX DES COMMISSIONS 82

I. TABLE RONDE N° 1 : FINANCEMENT, ORGANISATION ET MUTUALISATION DES MOYENS : Y-A-T-IL UNE STRATÉGIE COMMUNE DE DÉVELOPPEMENT DE LA « DESTINATION FRANCE » ? 79

II. TABLE RONDE N° 2 : ATTRACTIVITÉ ET COMPÉTITIVITÉ DE LA « DESTINATION FRANCE » : LES ATOUTS ET LES MARGES DE PROGRESSION 103

III. TABLE RONDE N° 3 : LE RENFORCEMENT DE L'OFFRE DE SÉJOURS TOURISTIQUES : ENCOURAGER LES INVESTISSEMENTS EN FORMULE « TOUT COMPRIS » ET HÔTELS CLUBS 131

IV. TABLE RONDE N° 4 : LES NOUVEAUX BESOINS DE LA CLIENTÈLE INTERNATIONALE - DÉVELOPPER LES STRUCTURES RÉCEPTIVES POUR LE TOURISME DE LOISIRS ET D'AFFAIRES 151

ADOPTION DU RAPPORT 175

ANNEXES 189

I. ANNEXE 1 : 189

ANNEXE 2 : PROGRAMME DES DÉPLACEMENTS 195

I. DÉPLACEMENT À MOSCOU 195

II. DÉPLACEMENT À LYON 196

ANNEXE 3 : 198

ANNEXE 4 : 212

ANNEXE 5 : 221

ANNEXE 6 : 251

1. CONTRIBUTION DE L'INSTITUT FRANÇAIS DU TOURISME (IFT) JUIN 2011 251

2. POLITIQUE PUBLIQUE N° 1 : ANTICIPER LE TOURISME DE DEMAIN 252

3. POLITIQUE PUBLIQUE N° 2 : REQUALIFIER L'OFFRE TOURISTIQUE TANT EN MATIERE D'EQUIPEMENTS QUE D'INGENIERIE ET D'ACCUEIL 253

4. POLITIQUE N° 3 : VALORISER LES METIERS DU TOURISME DE DEMAIN ET MIEUX FORMER CELLES ET CEUX 254

5. APPUYER CES TROIS POLITIQUES PAR UNE INITIATIVE LEGISLATIVE : RENDRE PLUS SIMPLE ET PLUS EFFICACE L'ORGANISATION DE L'ACTION PUBLIQUE NATIONALE ET LOCALE ET LUI EN DONNER LES MOYENS. 256

6. Propositions : 256

7. Conclusion : 258

8. CONTRIBUTION DE THOMAS COOK FRANCE 259

9. CONTRIBUTION DE MME NATHALIE FABRY, MAÎTRE DE CONFÉRENCE, RESPONSABLE DU MASTER MANAGEMENT DU TOURISME DE L'UNIVERSITÉ PARIS-EST MARNE-LA-VALLÉE 265

AVANT-PROPOS

Mesdames, Messieurs,

En dépit d'une première place mondiale en termes de visiteurs, la France n'occupe que la troisième place en termes de recettes touristiques internationales (48,7 milliards de dollars en 2009) et est précédée, dans ce classement, par les Etats-Unis (94,2 milliards de dollars) et l'Espagne (53,2 milliards de dollars).

Compte tenu de l'importance majeure du tourisme pour l'économie nationale1, le défi à relever réside dans le maintien de la compétitivité de la France dont la part dans les recettes du tourisme international baisse (6,4 % en 2000 et 5,7 % en 2009) alors que l'Espagne réussit à maintenir la sienne (6,3 % en 2000 et 6,2 % en 2009).

C'est dans ce contexte qu'est intervenue la création, par la loi n° 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques, d'une nouvelle agence de développement touristique de la France, dénommée Atout France, sous la forme d'un opérateur unique issu de la fusion d'ODIT France et de Maison de la France. Ce regroupement s'inscrit dans une stratégie de développement et de promotion du tourisme français à l'international pour répondre à deux enjeux essentiels : préserver la place de la France comme premier pays visité au monde et faire progresser les recettes produites par le tourisme international mais aussi par le tourisme domestique.

1 Le tourisme est un secteur économique de première importance pour la France et représente un potentiel important de croissance notamment en termes d'emplois. En effet, le poids du tourisme dans le produit intérieur brut (PIB) était estimé à 6,2 % en 2007 (il s'agit d'un chiffre basé sur l'estimation de la consommation touristique en France). Un tiers de cette consommation est effectué par les touristes étrangers. Les entreprises touristiques (plus de 230 000) emploient plus de 900 000 personnes. Cette importance s'exprime, par exemple, par le solde largement positif de la balance des paiements (+ 7,4 milliards d'euros en 2009).

- Un rapport d'information commun à la commission des finances et à la commission de l'économie, du développement durable et de l'aménagement du territoire

Initialement, votre commission des finances1 a inscrit à son programme de contrôle budgétaire pour 2010 un rapport d'information sur l'action de l'agence de développement touristique Atout France et la promotion de la « destination France » à l'étranger, afin de porter un premier regard sur les conditions de mise en oeuvre de la nouvelle stratégie touristique de notre pays. En effet, la promotion des destinations françaises constitue un enjeu essentiel pour le développement de nos activités touristiques. Or, de nombreux acteurs, institutionnels et entreprises privées, contribuent à cette promotion. Il apparaissait nécessaire de s'assurer que la stratégie de développement de la « destination France » rassemble la diversité et la richesse de l'offre de notre pays, tout en respectant les compétences de chaque acteur.

Aussi, en application de l'article 57 de la loi organique n°2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF)2, un premier cycle d'auditions et de déplacements à l'étranger, a permis notamment de rencontrer les responsables des bureaux d'Atout France à Moscou, Sydney, Madrid, Hong-Kong, Pékin et Montréal3.

1 Dans un communiqué du 3 février 2010, M. Jean Arthuis, président de la commission des finances, a rendu public le programme de contrôle envisagé pour 2010 : 46 contrôles seront menés par les rapporteurs spéciaux. Au titre de la mission « Economie » et du programme 133

« Tourisme », la commission des Finances a confié à M. André Ferrand, Sénateur, la mission de réaliser un rapport d'information sur l'action de l'agence de développement touristique ATOUT- France et la promotion de la « destination France » à l'étranger. Cette mission a été reconduite pour 2011.

2 Article 57 de la LOLF : « Les commissions de l'Assemblée nationale et du Sénat chargées des finances suivent et contrôlent l'exécution des lois de finances et procèdent à l'évaluation de toute question relative aux finances publiques. Cette mission est confiée à leur président, à leur rapporteur général ainsi que, dans leurs domaines d'attributions, à leurs rapporteurs spéciaux et

chaque année, pour un objet et une durée déterminés, à un ou plusieurs membres d'une de ces commissions obligatoirement désignés par elle à cet effet. A cet effet, ils procèdent à toutes investigations sur pièces et sur place, et à toutes auditions qu'ils jugent utiles.

« Tous les renseignements et documents d'ordre financier et administratif qu'ils demandent, y compris tout rapport établi par les organismes et services chargés du contrôle de l'administration, réserve faite des sujets à caractère secret concernant la défense nationale et la sécurité intérieure ou extérieure de l'Etat et du respect du secret de l'instruction et du secret médical, doivent leur être fournis. »

« Les personnes dont l'audition est jugée nécessaire par le président et le rapporteur général de la commission chargée des finances de chaque assemblée ont l'obligation de s'y soumettre. Elles sont déliées du secret professionnel sous les réserves prévues à l'alinéa précédent. »

3 A l'exception du déplacement effectué à Moscou dans le cadre du programme de contrôle de la

commission des finances, M. André Ferrand s'est rendu à Sydney, Madrid, Hong-Kong, Pékin et Montréal, ainsi qu'à l'exposition universelle de Shanghai pour visiter le pavillon de la France, dans le cadre de ses fonctions de sénateur représentant les Français établis hors de France.

Par la suite, cette mission se poursuivant sur l'année 2011, il est apparu souhaitable que, eu égard à la dimension économique du sujet, la commission de l'économie, du développement durable et de l'aménagement du territoire soit étroitement associée par la nomination d'un co-rapporteur pour le présent rapport1.

- Le parti pris de cibler les travaux sur des thématiques concrètes autour de la place de la « destination France » à l'étranger plutôt que l'exhaustivité

Plusieurs excellents rapports sur le tourisme existent déjà, sur l'importance économique du secteur, sur la qualité de l'accueil, etc. D'anciens collègues tels que Bernard Plasait, Paul Dubrule ou Jean-Jacques Descamps font autorité en la matière. Par ailleurs, Gilles Pélisson, ancien dirigeant d'EuroDisney et d'Accor, a remis au Gouvernement un rapport sur le tourisme d'affaires dans le Grand Paris2.

C'est pourquoi, vos rapporteurs ont pris le parti délibéré de sélectionner les thèmes de leurs travaux en se concentrant sur la place de la

« destination France » à l'international et les moyens d'insuffler une politique du tourisme ambitieuse et volontariste. Ainsi, le sujet de l'outre-mer n'a-t-il

pas été spécifiquement abordé dans la mesure où notre collègue Michel

Magras devait remettre un rapport sur le tourisme et l'environnement outre- mer, sur lequel un débat en séance publique s'est tenu le 28 juin dernier3.

Outre un déplacement à Lyon destiné à étudier les relations entre les acteurs locaux du tourisme (l'office du tourisme et les comités départemental et régional du tourisme), vos rapporteurs ont lancé un programme d'auditions comprenant une série de tables rondes thématiques. Celles-ci se sont déroulées en avril et mai 2011 avec pour objet d'amener les intervenants, publics et privés, à formuler des observations et des propositions, les plus concrètes possibles.

Ce cycle de discussions a été organisé avec l'administration et les professionnels du tourisme sur des sujets très ciblés :

- table ronde n° 1 Financement, organisation et mutualisation des moyens : y-a-t-il une stratégie commune de développement de la « destination France » ? ;

- table ronde n° 2 Attractivité et compétitivité de la « destination France » : les atouts et les marges de progression ;

1 La commission de l'économie, du développement durable et de l'aménagement du territoire a ainsi nommé rapporteur M. Michel Bécot, sénateur des deux-Sèvres et président du groupe d'études du tourisme et des loisirs.

2 Le tourisme d'affaires dans le Grand Paris : pour une nouvelle ambition (juin 2011)

3 Rapport n° 547 (2010-2011) Guadeloupe et Martinique : d'un tourisme subi à un tourisme intégré

- table ronde n° 3 Le renforcement de l'offre de séjours touristiques : encourager les investissements en formule « tout compris » et hôtels club ;

- table ronde n° 4 Les nouveaux besoins de la clientèle internationale : développer les structures réceptives et le tourisme d'affaires ;

Ces travaux sont intégralement retranscrits dans le présent rapport et ont permis à vos rapporteurs de recueillir une somme de témoignages et de connaissances sur les problématiques d'actualité de l'économie du tourisme.

- La volonté de n'émettre que des recommandations susceptibles d'être assorties de modalités de mise en oeuvre et de suivi

Pour vos rapporteurs, il est nécessaire d'aborder la question du tourisme sous l'angle de l'attractivité de notre territoire national. De ce point de vue, il est indispensable de ne pas « s'endormir sur les lauriers » d'une place de « première destination touristique mondiale » en partie illusoire et de relever les défis de l'accueil des visiteurs, de la qualité de l'offre qui va de pair avec les investissements dans l'hôtellerie, et de la promotion à l'étranger de la « destination France ».

Il est d'autant plus important d'enrayer le recul de la position de la France dans le tourisme international qu'émergent de plus en plus de destinations concurrentes, en particulier sur les continents asiatique et américain, ce qui aura nécessairement un impact sur le volume des visiteurs, même si parallèlement le nombre de touristes mondiaux est en accroissement constant.

Après une présentation du contexte économique, le tourisme étant un relais de croissance et d'emploi dont il faut prendre conscience du potentiel (première partie), les principaux constats que vos rapporteurs ont pu faire au cours de leurs travaux sur la base de témoignages convergents concerneront d'abord l'action d'Atout France à l'international (deuxième partie) et, ensuite, notre politique de promotion de la « Destination France » et d'adaptation de notre offre touristique (troisième partie). En effet, pour être efficace, il ne s'agit pas seulement de faire de la communication, il faut proposer un produit attractif.

Enfin, la quatrième et dernière partie est consacrée aux principales recommandations, leur mise en oeuvre et leur suivi. Vos rapporteurs proposent de s'engager dans une « Grande politique du tourisme » qui suppose de concevoir une politique ambitieuse et volontariste, nécessitant de dégager les moyens nécessaires et de mettre en oeuvre une stratégie commune d'action impulsée au plus haut niveau de l'Etat.

Au final, vos rapporteurs ont une conviction : le tourisme est un atout formidable pour la France.